Notions de base des essais de dureté

Histoire de l’essai de dureté

Revenir à la vue d’ensemble

Les dates principales de l’histoire de l’essai de dureté :

  • 1722 : R. A. Réaumur développe une méthode de « rayure » de la surface de minéraux avec de l’acier.
  • 1822 : Invention de l’échelle de Mohs pour déterminer la dureté des minéraux. Il s’agit d’une échelle de dureté à dix niveaux, chaque minéral pouvant être rayé par celui qui le suit dans la liste (matériau plus dur). Les valeurs de dureté Mohs sont encore utilisées aujourd’hui en minéralogie mais ne conviennent pas pour déterminer la dureté des matériaux techniques (métaux). Les différents niveaux de dureté sont relativement larges et présentent des écarts de grandeur différente.

La dureté selon Mohs

Type de minéral

Dureté selon Vickers (HV)

1

Talc

                 2 HV

2

Gypse

               35 HV

3

Calcite

             100 HV

4

Fluorine

             200 HV

5

Apatite

             540 HV

6

Orthose

             800 HV

7

Quartz

          1 100 HV

8

Topaze

          1 400 HV

9

Corindon

          2 000 HV

10

Diamant

         10 000 HV

  • 1900 : J. A. Brinell a développé un essai à pénétration de bille, devenu plus tard la méthode Brinell.
  • 1920 : S. R. Rockwell a conçu, pour tester ses navires, un procédé consistant à appliquer une pré-force qui porte son nom.
  • 1925 : La méthode Vickers a été inventée en Angleterre par R. Smith et G. Sandland. Elle a permis l’essai de micro-dureté.
  • 1939 : F. Knoop, C. G. Peters et W. B. E. Emerson ont conçu la méthode Knoop dans le National Bureau of Standards (USA).