Vickers

Méthodes Vickers et applications

Revenir à la vue d’ensemble

Dans la norme ISO, la méthode Vickers est divisée selon l’importance de la force d’essai (et aussi selon la méthode Vickers, p. ex. : HV 0,01; HV 1; HV 10) en trois gammes de charge : étendue de dureté micro, faibles charges et macro (conventionnelle).

Selon la gamme de charges, les méthodes Vickers trouvent différentes applications.

Vue d’ensemble des méthodes Vickers et applications

Le choix de la force d’essai (charge d’essai) appropriée et donc de la méthode d’essai dépend des facteurs suivants :

  • la taille de l’échantillon (les distances minimales définies dans la norme pour Vickers entre les points d’essai (distance d’empreinte) et par rapport au bord de l'échantillon (distance des bords) doivent être respectées) ;
    consulter les applications et les conseils
  • l’épaisseur de l'échantillon (l’épaisseur de l’échantillon doit être d’au moins 1,5 fois les diagonales d’empreinte, c’est-à-dire que l’épaisseur minimum de l'échantillon doit se situer entre 0,085 et 6,5 mm) ;
    consulter les applications et les conseils
  • l’état de surface de l’échantillon (l’échantillon doit être poli ou rectifié ; en particulier avec les charges d’essai très faibles, une bonne qualité de surface est essentielle à la qualité du résultat de mesure, car l’empreinte Vickers dans ce cas est très petite et que la moindre aspérité peut avoir des conséquences sur le résultat de mesure).

D’une manière générale, il faut toujours procéder aux mesures avec la force d’essai la plus élevée possible afin de minimiser les facteurs d’influence possibles qui pourraient fausser le résultat de la mesure.