Brinell

Méthodes Brinell et applications

Revenir à la vue d’ensemble

La méthode Brinell convient pour les essais de dureté de métaux tendres (métaux légers, plomb, zinc) à durs (acier ou fer).

L’essai Brinell d’un matériau avec différents diamètres de bille et différentes forces d’essai doit être réalisé dans un niveau d’usure («Déroulement de la méthode d'essai Brinell»), afin de pouvoir comparer directement les valeurs de dureté mesurées les unes avec les autres.

Le tableau synoptique ci-dessous regroupe les méthodes Brinell par niveau d'usure, étendues de dureté associées et applications recommandées (matériaux). Plus le niveau d'usure est élevé, plus durs sont les métaux qui peuvent ou doivent être testés avec les méthodes situées dans ce niveau d'usure. Le niveau d'usure le plus usité (facteur de charge) est HBW 30. Les méthodes Brinell appartenant au niveau HBW 30 servent à tester des métaux durs tels que l’acier et le fer.

Vue d’ensemble des méthodes Brinell et applications (applications)

Dans l’essai Brinell, les empreintes de dureté doivent être apposées de sorte qu’il reste suffisamment d’espace avec le bord de l’échantillon ainsi qu’entre les différentes empreintes. Les valeurs minimales à observer selon la norme se trouvent ici. L’échantillon doit être au moins assez épais pour que l’empreinte de dureté ne laisse pas de déformation visible sur la face inférieure de l’échantillon (surface d’appui).

Cela signifie que l’échantillon doit être au moins huit fois plus épais que la profondeur de pénétration de la bille Brinell selon la norme. La profondeur de pénétration peut être déduite à partir de la valeur de dureté attendue, qui dépend elle-même du diamètre moyen de l’empreinte. On peut donc en déduire l’épaisseur minimale de l’échantillon en fonction du diamètre moyen de l’empreinte et du diamètre de la bille du pénétrateur Brinell. Vous trouverez un tableau qui permet de connaître l’épaisseur minimum de l'échantillon Brinell ici.