Trempe superficielle

SHD

Revenir à la vue d’ensemble

La trempe superficielle est un traitement thermique qui ne modifie pas la composition chimique de la couche de surface, comme cela est le cas en cémentation ou en nitruration. L’objectif de la trempe superficielle est d’obtenir une structure complètement martensitique de la couche de surface et de laisser le reste de la section dans son état initial.

La trempe superficielle augmente la dureté dans la couche de surface de la pièce ainsi que la solidité. La trempe entraîne également dans la couche de surface des contraintes de compression internes, qui conduisent à une amélioration de la résistance dynamique.

La trempe superficielle se fait en trois étapes. La couche de surface est tout d’abord amenée à la température de traitement requise. Elle est ensuite maintenue à cette température. Enfin, la pièce est refroidie à température ambiante. Tout cela se passe très rapidement, car seule la couche de surface de la pièce est concernée.

La détermination de la profondeur de pénétration de la trempe (DS) selon les duretés en surface est définie dans la norme DIN EN 10328. La profondeur de pénétration de la trempe (trempe superficielle RHD) est la distance entre la surface de l'échantillon et l’endroit dans la couche où la dureté Vickers atteint la limite de 0,8 fois la valeur minimale de la dureté en surface, voir le graphique.

Courbe de la profondeur de pénétration de la trempe

La surface de l’échantillon sur laquelle la mesure est réalisée doit être parfaitement finie.

consulter les conseils d’ordre général

Les empreintes de dureté sont disposées sur une ou plusieurs lignes perpendiculaires à la surface de l'échantillon avec une largeur définie par la norme. La force d’essai à appliquer est de 9,807 N (HV). À partir de la courbe qui représente la dureté selon la distance par rapport à la surface, on obtient la profondeur de trempe en mesurant la distance de la surface à la limite de dureté calculée.